vendredi, mai 27, 2005

Papillonner

Une main se pose sur ma taille.

Papillon de nuit léger. Tout en douceur et en respect. Un navire de tendresse qui s’échoue sur mes courbes. Et les bruits du bar autour qui s’étouffent.

Une main se pose sur ma taille, moi qui ai arrêté de courir. Parce que j’ai enfin compris après quoi je m’épuisais. Je sais que je ne trouverai pas cela dans un bar. Ni dans les nuits trop courtes qui s’additionnent et se mêlent à des souvenirs de ces autres périodes de courses folles.

J’ai plus envie de courir après le regard qui me dira que je suis jolie malgré les rondeurs. J’ai plus envie de m’épuiser à chercher un nord que je ne rencontre jamais. Je n’ai plus envie de ces épistolaires relations qui m’accrochent le cœur et laissent mon corps errer dans les nuits de Montréal.

J’ai mal aux promesses non tenues qu’on m’a fait. J’ai mal à toutes mes amours écrapouties sur les murs du temps. J’ai mal à ma non confiance personnelle et professionnelle. J’ai mal à ma façon de faire le «i» lorsque quelqu’un tente de me serrer dans ses bras et que mes larmes se font tempêtes. J’ai mal à toute l’immensité de ma solitude. J’ai mal de ne plus savoir dire. J’ai mal de peur. Peur du mal. Peur du rejet. Peur d’être abandonnée. Peur de ne pas être à la hauteur. Peur de retourner au pays des zombies. Peur de ne plus jamais pouvoir écrire.

Je ne suis pas heureuse, coincée dans ma trop grande pauvreté. Mais incapable de faire les pas qu’il faudrait pour arriver ailleurs et me sortir du salaire minimum. Peur de déranger. Peur de ne pas être à ma place. Je me nivelle donc vers le bas. Je ne suis pas heureuse dans ma vie de femme qui n’est pas mère. J’ai toujours cru que j’aurais des enfants tôt et je suis toujours convaincue que je ne me serai pas pleinement réalisée tant que je ne serai pas maman. Cependant, je ne fais rien pour rencontrer un futur papa.

J’ai accroché mon cœur aux mots venus d’ailleurs et je laisse mon corps écumer Montréal. Je ne sais plus comment rallier les deux.

Une main se pose sur ma taille; toutes ces images se bousculent dans ma tête.

Je relève le sourire.

Ce soir, je rentre avec mon corps.

14 Commentaires:

Blogger Catherine s'est arrêté(e) pour réfléchir...

Ce texte est vraiment très beau Mathilde. Il me touche maintenant plus que jamais... Merci.

2:29 p.m.  
Anonymous robin s'est arrêté(e) pour réfléchir...

Très beau texte, en effet. Un de tes plus beaux.

Cou donc les filles, vous pétez la coche aujourd'hui!

2:58 p.m.  
Anonymous JP s'est arrêté(e) pour réfléchir...

Je ne veux pas m'approprier rien de ton texte. C'est rien, c'est... mais tu mets des mots sur... ÇA.

4:05 p.m.  
Blogger Pitounsky s'est arrêté(e) pour réfléchir...

Touchant... tout simplement.

4:49 p.m.  
Blogger Lumières s'est arrêté(e) pour réfléchir...

Ah, c'est très beau Mathilde!
"Ce soir, je rentre avec mon corps." Celle-là, c'est la plus belle et la plus touchante de toutes pour moi...Merci

4:55 p.m.  
Blogger Hurlevent s'est arrêté(e) pour réfléchir...

Il reste peu à dire après tous les autres. Simplement ajouter que j'ai lu, et relu plusieurs fois.
Touchant...

5:00 p.m.  
Blogger La Souris & Myrrha s'est arrêté(e) pour réfléchir...

Diffère drôlement de "Question de luxure"...!!

Très bon texte.

5:26 p.m.  
Blogger charlesbolduc s'est arrêté(e) pour réfléchir...

...

7:17 p.m.  
Blogger Mamathilde s'est arrêté(e) pour réfléchir...

Tous ces commentaires pour moi?

Cath : comme tu connais tous les tenants et aboutissants de mes propos, c'est tout un compliment que tu me fait.

Robin : J'étais certaine que tu allais aimer celui-ci.

JP : il y a des papillons qui portent des chemises rouges

Pitounsky : merci, tout un compliment venant de la part de quelqu'un qui sait quel angle d'attaque prendre.

Lumières : très heureuse de te voir ici.

Daniel : me faire dire qu'un de mes textes mérites plusieurs lectures me fait drôlement chaud au coeur.

Souris : En effet, parce que je ne ressents plus aussi fort la question de luxure, justement.

Charles : tes silences sont plus silencieux que les miens.

7:39 p.m.  
Blogger Luzur Maurat s'est arrêté(e) pour réfléchir...

Bravo Mathilde,

Moi, j'ai a réconcilier ma tête, mon cœur et mon corps, je suis encore à des lunes, bravo encore...

8:36 p.m.  
Blogger Maridan' s'est arrêté(e) pour réfléchir...

Le sourire que tu as relevé, comme une paire d'ailes qui se redéploient et te permettent de te délester de tes peurs et d'aller montrer tes belles couleurs là où on saura les apprécier.

Pis, les papillons dans le ventre, peut-être que ça finira par faire des bébés papillons ?

9:43 p.m.  
Anonymous jf s'est arrêté(e) pour réfléchir...

un bouquet de bravos pour ce texte

11:03 a.m.  
Blogger Mamathilde s'est arrêté(e) pour réfléchir...

Homme du Néant : Je ne suis pas certaine de tout avoir réconcilé, mais j'essaie.

Maridan' : Je dois être un papillon. J'aime bien butiner et me prélasser sur l'odeur des fleurs.

JF : trop d'éloges, vraiment.

9:48 p.m.  
Blogger chrysalide s'est arrêté(e) pour réfléchir...

Je me permets de poser ici quelques mots pour ajouter au flot de compliments le mien. Ce texte prend aux tripes, comme un papillon dans la lumière, plus on le lit plus on s'y grille, impossible de s'en détacher, pris dans la spirale des mots. Je l'ai lu et relu.

3:35 p.m.  

Publier un commentaire

<< Retour sur le sentier